« Empêchons-les de sortir, ils nous écouteront ! »

La scène se passe pendant la préparation d’une conférence à destination de professionnels de la viticulture et du tourisme. Je lis le projet de programme et découvre que la première matinée contient deux « tables rondes » successives de 9h30 à 12h30. Je demande naïvement quelle est la durée de la pause prévue en milieu de matinée. La réponse sans appel de la  responsable du projet, élue importante dans une collectivité locale, me laisse sans voix : « Ah non, pas de pause ! Sinon, ils vont tous s’en aller et ne reviendront pas ! »

Sans entrer dans des polémiques sur les cycles de vigilance, on pourrait faire observer que nous apprécions tous de nous dégourdir les jambes après une certaine durée de réunion. On pourrait aussi, sans perdre en qualité, amputer la durée de chaque table ronde d’une dizaine de minutes pour offrir aux participants une pause de 20mn. Et encore, il vaut mieux une franche pause plutôt qu’un temps de flottement incertain pendant lequel les participants de la première table ronde s’en vont pendant que ceux de la suivante prennent place, règlent les micros et testent la technique…

En tous cas, une telle réponse de la part d’une élue, donc en principe quelqu’un qui prête attention à ce que demandent les gens, me semble révéler l’illusion permanente dans laquelle vivent certains orateurs, qui croient que les gens sont là pour les écouter !

Ce qui est sûr, c’est que si le seul moyen de capter l’attention des auditeurs consiste à les retenir « de force » dans la salle (!), cela traduit au moins deux incompréhensions graves de la nature humaine :

1) La contrainte n’a jamais été un bon moyen pour capter l’attention : je peux rester dans la salle, mais penser à autre chose, m’assoupir, ou faire tout autre chose sur mon smartphone…

2) Ce n’est pas parce que nous trouvons un sujet intéressant que d’autres sont prêts à nous écouter pendant 3h sur ce sujet : ce n’est pas la longueur, ni l’exhaustivité d’un exposé qui le rendent intéressants, mais sa capacité à traiter les attentes et interrogations du public sur le sujet évoqué.

Capter l’attention, cela se travaille, du début à la fin de la présentation !

Laisser un commentaire